29 mai 2018

La famille DENVIOLET à Perpignan : 4 filles mères célibataires !

sc.mogicons.com
Chaque famille a ses petits secrets et autres histoires qui, à l'époque, devait être source de commérages. Parmi les situations les plus en vues, les mères célibataires sont presque devenues monnaie courant dans la fin du 19ème siècle. En voici un exemple, à Perpignan.

Pierre DENVIOLET et Marie Joséphine BERTRAND se marient à Ille-sur-Têt (Pyrénées-Orientales)en 1860. Il est journalier, orphelin depuis qu'il a 6 ans, Marie est sans profession et n'a plus ses parents non plus. Tous deux originaires de milieu modeste, le couple part sur Perpignan, à 25 kilomètres, afin d'améliorer ses conditions de vie. Ils habitent tout d'abord en plein centre-ville et Pierre exerce en tant que journalier. Ils ont quatre filles : Anna en 1865, Mathilde Eugénie en 1867, Catherine en 1869 et enfin Françoise en 1872.

Nous retrouvons leur trace en 1883, lors de la naissance de leur première petite-fille Eugénie Baptistine en 1883. Sa mère, Anna a alors 17 ans et habite Route de Prades avec ses parents. Anna aura un deuxième fils, Pierre, né en 1885. Ils seront légitimés tous les deux lors de son mariage avec Victor SALETTES, briquetier, en 1889 à Perpignan. Cinq demi-frères et sœurs les rejoindront.

Mathilde, la cadette, a également eu son premier enfant à 17 ans, elle se prénomme Marie-Jeanne mais ne survit que 8 mois et décède en septembre 1885. Son fils Jean-Pierre naîtra en 1886 et décédera à 34 jours, puis suivra Marie Léonie qui naît en 1887. Enfin, un dernier enfant, Justine naîtra en 1891. Mathilde ne s'est apparemment jamais mariée. Marie Léonie et Justine se marieront respectivement en 1906 et 1909.

Catherine, la benjamine de la famille, accouchera d'une fille prénommée Marie Catherine en 1891, qui décédera 1 mois et demi à peine plus tard.
Catherine se mariera avec Etienne CARRERE, un artiste lyrique, en 1893.

Enfin, Françoise, la dernière des filles, aura une fille, Valentine en 1890, qui ne vivra que 3 semaines. Françoise se mariera avec Bonaventure SALETTES, son beau-frère, ils auront alors un fils, Pierre François, né en 1891, le même jour que sa cousine Marie Catherine. 
Après le décès de Catherine et Bonaventure, Françoise se mariera avec son beau-frère Etienne CARRERE.

Sources : Archives départementales des Pyrénées-Orientales


14 févr. 2018

Find your french ancestors #1 : How to find a birth certificate : the enigma of Thérèse LANGLES

source : familysearch.org
During your genealogical research, you have found a person who was born in France. The only information you have is a place and a year. How to find the birth certificate ?

We'll take an real example to learn about it.

On the familysearch website, I'm searching a person who lived in the United States and was born in Perpignan in France.

Thérèse Mathilde Langles Halbleib married George Eisenbaum in Manhattan on the 5th of May 1879. In the marriage certificate, the writer of the act wrote that Thérèse was born about 1845 in Perpignan, Pyrennes orientales France.




Step One : Find the place

source : geneawiki.com

In the website wikipedia, we search the name Perpignan. we learn that this city is located in the department of Pyrénées-Orientales, with number 66.

On the website Geneawiki, at this link https://fr.geneawiki.com/index.php/Archives_d%C3%A9partementales_en_ligne the first map named "Etat-civil" (who means civil status) define the department that have digitized their archives.

By clicking on the map, on the "66", we'll be redirect on the website of this departement : http://archives.cg66.fr/

Step Two : Find a exact date

source : cg66.fr

We click on the button "Accès aux recherches thématiques" and after on "Etat civil".

The list of the towns appears by alphabetic order. Click on the letter "p", then "PERPIGNAN (après 1793)" (Perpignan after 1793).

We'll get four choices :
- registres de naissance (birth registers)
- registres de mariage (marriage registers)
- registres de décès (death registers)
- Tables décennales (decennial tables)

We don't have the exact date so we have to search in the decennial tables. These tables list the birth, marriage and death records, in this order most of the time, in alphabetical order, over a period of ten years. The first table begins in 1793. For a birth in 1845, we'll therefore look for the decennial table from 1843 to 1852.

We click on "tables décennales" and then we write the date or the period, here 1845. Then we click on the button "rechercher" (research).

The website suggests a lot of answers. We click on the picture before the good dates : 1843-1852.
source : cg66.fr


The register will appears in a new window. The first page contains the name of the town and the period.

We can click on the >> arrow, the pages will turn ten by ten. We'll search with the two surnames of Mathilde : Langles and Halbleib


We can zoom the picture by clicking on the botton, on the first or second icon. In this viewer named Gaia, we can drag and drop to move the picture. We block the parameters of zoom by click on the blue padlock. We can close the tumbnail.

In these decennial tables, surnames are classified by alphabetical order and then by year. At the 100th view, there are the surnames which start by the letter M. The year was written on the left this time.

At the 84th page, we find the surnames which starts by "L" for the 1845 year. Writing is delicate to decipher, so we take our time. No Langles here. We kown that the date is rough. We would have two possibilities. Continue the research with the surnames "langles" before and after 1845 (5 years maximum), or search in 1845 with the second surname Halbleib. I suggest a third proposal. Indeed, we assume that the second name is that of his mother. In France, the new-born take the surname of the father. Maybe the surname "Halbleib" is the Therese's mother's surname.

Step Three : Find in another base

source : filae.com

We decide to search on the website filae.com which is the ancient website genealogie.com. The website contains direct links to almost all acts of the 19th century in the archives website in France. Warning, sometimes the indexing isn't exact.

We search with the surname LANGLES at Perpignan. The result concerns a Therese dead in 1809. We search with the surnames Halbleib in France. In the results, we find Helene HALBLEIB whose parents are named HALBLEIB Henri and SANGLES Thérèse Mathilde. The document is a banns publishing which is located in Saint-Mandé in Val-de-Marne (94), a department near Paris, on the 16th of november 1902. The document is supplied by Geneaservice, a commercial website, which have many records from Paris and Marseille. We are going to find the original. The banns publishing are wrote in a banns publishing register, in the commune of the husband-to-be and the wife-ti-be, if they are different. Most of the time, the marriage record is in the commune of the wife-to-be. We're going to assume that the marriage took place in the same city of Saint-Mandé.

source : filae.com


Step Four : Find the original marriage act


To find the archives website, we make same process as Perpignan. Search in wikipedia the number of the department to get the direct link on the website geneawiki.

By hovering over the "recherches" tab, we choose the title "Archives en ligne" (online archives) and the words Etat civil (civil status)

There's three lines in the form : Commune (City), Type d'acte (kind of certificate) and Années (Years). Like on the previous website, we can define a year or a period. For the city, we click on the name Saint-Mandé in the drop-down list and for the year, we key 1902.

On the result's list, we choose "mariages" which is the record register.

source : http://archives.valdemarne.fr
On another tab, we search the part of the marriage. This list contains the names of the husband and the spouse separatly. If not, the marriage are classified at the husband's name.

The new tab contains the mariages for 1901 and 1902.  At the latest pages, the register contains a annual table. In this table we search Robillard Henri Jules. At the view 167, we find it. A number before his name give us the number of the certificate, 122. We check by searching Helene HOLBLEIB at the 133th. We find this certificate on the 570th view. The surname of the spouse is HABLEIB again. It was a copy falt on the decennal table.

source : http://archives.valdemarne.fr


 On the top of the 571th view, we can read that Hélène HALBLEIB was born in Recife in Brasil on the 5th of november 1870, from Henri HALBLEIB and Thérèse Mathilde SANGLES, who was dead on the 22th of june 1901 in Saint-Mandé. The grand-parents of Hélène would be Catherine Thérèse Marie Anne Sangles with unnamed father.

That isn't the informations we have first.

We're going to follow these elements.

Step Five : Find the death act of Therese


We'll search the death certificate of Mathilde SANGLES on this website. On the 116th wiew of the death register, we find the act of Thérèse Mathilde SANGLES widow EISENBAUM. In this act, the redactor wrote that Thérèse Mathilde was died at 55 and was born in Perpignan. She would be the daughter of Catherine Thérèse Marie Anne Sangles and of unnamed father.

The year of her birth would be 1846. 

Step Six : Going back to the beginning


We check at Perpignan's register. There are two Thérèse SANGLES on the decennial table. One was born on the 11th of august, the second on the 29th of september. We'll check for the both of dates. We search the birth register for the 1845 year. We click on the "précédent" button (previous) to find the four choices, and click on "regitres de naissances" by keying the year 1844 to include 1845  in the results. As the marriage register, at the end of the register are annual table. Unfortunately, these register don't. We have to search by our own. The date of the certification is at the start of the document, we check the date as one goes along. We're near of the certification wrote in september. This certification concerns a Therese Ernestine SANGLES. The mother's name is Antoinette SANGLES. She's not ours. At the 495th view, we find a note for Therese SANGLES. It's a mention to write beside the certification for a recognization. (We'll see these type of certification in another tutorial). At the next view, we find the certification at the name of Thérèse Mathilde SANGLES, from Thérèse SANGLES and of unnamed father. 


We can take a screenshot of this view for our familytree.

This certification don't give us information about a father. However, on familysearch, we've got a name of father, Etienne LANGLES.
 
You can comment and ask questions about this tutorial. Good luck for your search. Have a good day.

18 oct. 2017

P comme PAPIN, la piste DENIS (2)

source : express.co.uk
Je continue de chercher la trace de la légende familiale (je peux bien l'appeler comme ça maintenant, vu toutes les pistes que je suis pour trouver :) ) de la relation entre la famille de ma grand-mère maternelle Suzanne MONCHATRE et les soeurs PAPIN, les fameuses meurtrières du Mans.

Dans cet article, j'avais envisagé une nouvelle piste. Le lien pourrait provenir de la famille du parrain de ma grand-mère, Auguste DENIS, qui l'a élevé.


J'ai continué de chercher les frères et soeurs éventuels d'Auguste Gabriel DENIS.

Le recensement de la ville de Téloché en 1911 nous donne la composition complète de la famille :
- Auguste DENIS, le père
- Augustine MAILLARD, la mère
- Auguste Gabriel, né en 1890 à Marigné
- Augustine Georgette, née en 1897 à Téloché
- Jules, né en 1902 à Téloché
- Georges, né en 1906 à Téloché.

source : sarthissime.blogspot.fr
Il n'y a pas de mention de mariage sur l'acte de naissance de Jules, et celui de Georges n'est pas en ligne.

Augustine Georgette, se mariera en 1919 avec Alexandre LÉTOURMY à Saint-Mars d'Outillé. Il est le fils de Louis Auguste et Eugénie ROBERT.

En 1921, nous retrouvons une partie de la famille à Mulsanne, au Bourg Neuf, le chef de famille étant Alexandre LÉTOURMY, avec qui habite Jules, qui travaille pour lui. Augustine MAILLARD, désormais veuve, habite avec Georges la maison adjacente. 

En 1926, la famille habite à Mulsanne dans le lieu-dit Les Sablons. Alexandre et Georgette ont eu un fils, dénommé Georges, en 1922. Augustine et Georges habitent avec eux. Une enfant de 10 ans, Juliette VIELLARD, née à Paris, y est également domiciliée.

En 1931, la famille a déménagé.

Pour l'instant, pas de PAPIN de ce côté-là.

Nous allons donc remonter une génération pour trouver les grands-parents et les oncles et tantes d'Auguste Gabriel.

Et vous, auriez-vous une idée de recherche pour trouver ce lien ?

Sources : Archives Départementales de la Sarthe




16 oct. 2017

Find your french ancestors : A new articles serie

source : anglais5minutes.fr
In the practice of genealogy, what I prefer are the riddles to be solved. How often have I found a way to access the answer on the foreign language site, or at least the document that would allow me to find it. When the site is in English, we can manage to read the articles and the site. But how to understand where to look for, how are the archives consulted?

I like to learn new things and to acquire new skills and to teach allows to deepen our knowledge. So I decided to write articles to help anglophones understand how and where to look for their French ancestors. As I also like the challenges, I undertake to publish a minimum article per week on this subject. How do search sites work, what can you find? What are the tricks and sites specific to French history, geography and culture that can make it possible to find information?


All these and many other questions will be addressed in this new series of articles, based on real research.

See you soon for new, enriching and practical articles to help you find your French ancestors.

10 oct. 2017

Conférence "Etoffez et débloquez votre généalogie grâce aux sources complémentaires"

Je donne une conférence le vendredi 17 novembre 2017 à 15h à la boutique l'Impératrice à Perpignan, dont le sujet est "Etoffez et débloquez votre généalogie grâce aux sources complémentaires".

Une mère célibataire, un enfant adopté, un ancêtre migrant et c’est un tout un pan de votre généalogie qui reste dans l’ombre. Pourtant, il existe des pistes de recherche complémentaires qui peuvent vous permettre de débloquer ces énigmes et d’en apprendre plus sur votre famille. Le passage par les archives militaires, judiciaires ou notariés et bien d’autres, peut donner des réponses à vos questions. Apprenez comment et où chercher ces informations lors de cette conférence.
Cette fois-ci, nous verrons les recensements et les archives militaires.

Pour écouter le sommaire détaillé de cette conférence, cliquez ci-dessous :

Inscription sur ce site

4 sept. 2017

Le parcours d'Antoine SALVAT, instituteur à Espira-de-Conflent

Dans les années 1860, la taille de l’école conditionne le traitement de l’instituteur. Aussi, certains gardent une activité accessoire afin d’équilibrer tant bien que mal leur budget. Les instituteurs sont évalués tous les trimestres, ce qui nous permet d’avoir une vue assez régulière de leur parcours, quand leur dossier existe encore.

Antoine Ferréol Sauveur SALVAT est né à Catllar (Pyrénées-Orientales) le 1er fructidor an XII, c’est-à-dire le 9 août 1804. Après une instruction en séminaire puis 8 années de service militaire en tant que sous-officier, il obtient son brevet élémentaire le 2 avril 1832 à Montpellier. Il officie tout d’abord à Tarerach où il rencontre son épouse Désirée CHAUMAZEAU, originaire de Beaugency dans le Loiret. Ils se marieront en mai 1833. Ils auront trois enfants tous nés à Catllar, Marie Rose Désirée (née le 3 mai 1843), Eugène Henri Jean (né le 5 avril 1849), Julie Emilie Thérèse (née le 11 mars 1852). Antoine a également une activité de receveur buraliste.

Emplacement des lieux de travail et de résidence d'Antoine SALVAT

Antoine démarre donc sa carrière à Tarerach dès 1833, puis est muté à Catllar où il enseignera jusqu’en juin 1853, dans une école accueillant une trentaine de garçons sur les 60 vivants dans la commune. L’inspecteur le décrit comme « instituteur zélé mais sans méthode. Les enfants ne font pas de progrès. » Il est secondé par Marguerite BORY qui enseigne la lecture le catéchisme et les ouvrages manuels, sans grand enthousiasme.

En 1852, l’inspecteur note le fait que les pères de famille n’ont pas confiance en l’enseignant et envoient donc leurs enfants étudier à Prades. Autorisé à détenir à nouveau une recette de buraliste et manquant cruellement de ressources, il délaisse souvent la classe pour s’occuper de ses clients.

En 1853, Antoine est muté à Molitg où il enseigne à une classe de 28 élèves. L’année suivante, le 26 février 1854, sa femme Désirée est victime d’un accident fatal. Elle reçoit un aiguillon dans l’œil gauche, suite à un geste malheureux d’un bouvier. Considéré comme un brave homme, menant une vie respectable et pieuse, les villageois le prennent en grippe suite à un délaissement complet de sa classe. Antoine est très affecté par le décès de sa femme et n’est plus en capacité d’enseigner. Un dimanche, un feu se déclare alors qu’Antoine est absent de son domicile. Sa fille aînée, seule, n’ose pas  frapper à la porte de l’église alors qu’une messe est en cours. A son retour quelques instants plus tard, Antoine crie « au feu » et les villageois, sortant de l’église, viennent l’aider à l’éteindre. Certaines femmes suffoquent à cause des fumées épaisses. Ce n’est que plus tard que les villageois apprennent qu’Antoine était alors chez une veuve du village, avec laquelle il souhaite se remarier, afin qu’elle s’occupe de ses enfants en bas âge. Le curé tentera d’utiliser cet incident afin de le dénigrer auprès des services scolaires. Le préfet, voulant calmer les esprits et soutenant Antoine depuis plusieurs années, décidera de le muter à Los Masos en 1855.

La petite école de Los Masos a très peu de moyens dû à l’indifférence du maire. Elle a pour seul mobilier une table où 18 élèves doivent s’entasser pour travailler. Ni tableau, ni bureau du maître et encore moins de livres. 4 hameaux composent le village et certains enfants, pour atteindre l’école, doivent enjamber une rivière à gué sur un parcours de 2 kilomètres. Les pères de famille ne ressentent pas l’utilité d’y envoyer leur enfants et les gardent pour les travaux des champs. La mésentente entre les villageois des hameaux et du bourg principal est également un frein à l’inscription des élèves. Les ressources d’Antoine sont toujours trop faibles pour élever ses trois enfants et seule la générosité de certains villageois leur permettent de manger à leur faim. Son activité de receveur buraliste ne lui rapporte que 50 à 100 francs par an et son traitement n’excédera jamais 600 francs annuels. Il est pourtant logé gratuitement.

L’inspection de 1860 décrit sa manière d’enseigner comme insuffisante et donnant peu de résultats, il « manque de méthode, parle trop et n'enseigne pas ».
Acculé, Antoine pense trouver une solution à ses problèmes d’argent en démissionnant en décembre 1862 et devenant instituteur libre, c’est-à-dire qu’il fixe lui-même le montant de son revenu. Pour cela, il devra cependant attirer plus d’élèves payants, ce qui est difficile vu le manque de confiance dans sa manière d’enseigner que lui accordent les villageois.

Sa situation devient critique et il prie le préfet et l’inspecteur de l’académie de bien vouloir le réintégrer en tant qu’instituteur public, ce qui aura lieu en 1865, après avoir demandé un secours financier à l’inspection.

Antoine est alors muté à Rodès. Homme pieux, présent aux messes quotidiennes, il est apprécié du village. Il modifie sa manière d’enseigner et obtient quelques progrès auprès des élèves, apparemment bien instruits par l’instituteur précédent. Sa fille aînée, dénommée Marguerite, a alors 22 ans et l’aide dans la classe. L’inspecteur la décrit intelligente et instruite. Malheureusement, attirée par les jeunes hommes du village, elle met en place des soirées de  jeux de cartes dans l’école. Les villageois, connaissant la situation financière du père, craignent qu’un de leur fils s’éprenne de la jeune fille et ne dilapident leur héritage. Ils entreprennent alors de demander la mutation d’Antoine, répandant de fausses rumeurs sur Marguerite et sa vertu.

En octobre 1865, Antoine devient instituteur à Espira-de-Conflent. Il se remet au travail et semble avoir acquis une méthode de travail qui fait ses preuves. Néanmoins son âge avancé (63 ans) commence à se ressentir sur sa condition physique, sa vue et son ouïe baissent. Ses élèves le respectent cependant et font des progrès, « qualifiés de trop justes » par l’inspecteur, dans tous les domaines. Cependant les inspecteurs s'accordent à dire qu'il serait dommage de mettre à la retraite cet homme chargé de famille, après toutes ces années de services, ce qui ne manquerait pas de diminuer ses revenus, qui sont alors de 700 francs annuels.

Le 9 octobre 1867, la fille aînée d’Antoine, Marie Rose Désirée alias Marguerite épouse Jean Jacques FOUGA, cordonnier à Espira. Celui a obtenu le consentement de son père Jean FOUGA  mais pas le consentement de sa mère. Ils n’ont pas fait de contrat de mariage. Est-ce la situation financière de la famille de Marguerite qui pose problème ?

Antoine terminera sa carrière à Espira, jusqu’en 1874 au moins. Son fils Eugène, employé à Perpignan, épousera en 1874 Antoinette DE COSTA, négociante à Perpignan. Eugène partira ensuite vivre à Alger. Antoine habitera à Espira avec sa fille Marguerite et sa famille au début de sa retraite. Il verra la naissance de ses deux petits-enfants, Joseph Jean Martin (1871) et Jean Joseph Jacques FOUGA (1875) et assistera au décès de son gendre Jean FOUGA le 3 janvier 1879 suivi de celui de sa fille Marguerite le  11 avril 1880, à seulement 37 ans. Antoine ira ensuite vivre à Perpignan avec sa fille Julie.
Elle se mariera en 1892 à Perpignan à l’âge de 40 ans. Domestique puis sans profession, elle a déjà deux enfants naturels, Antoine Joseph  (11 ans) et Eugène (3 ans) qui seront légitimés par son mariage avec Joseph RICART, un négociant de 10 ans son aîné.
Son fils Eugène se mariera à Perpignan en seconde noces en 1895 avec Marie CANAL, divorcée depuis 6 ans et exerçant la profession de giletière. Eugène est domicilié à Alger et il est clerc d’avoué. En effet, il a divorcé à Alger d’Antoinette DE COSTA en 1891.

Antoine, âgé de 96 ans, assiste au mariage de son petit-fils Jean Joseph Jacques FOUGA à Perpignan le 23 juin 1900 avec Marie Françoise DABOSY. Celui-ci est devenu peintre. Son frère, Joseph, se mariera à Philippeville en Algérie en 1915.

Antoine décède après le mariage de Jean, après le 23 juin 1900, à une date pour l’instant inconnue...

Sources :
Archives départementales des Pyrénées-Orientales (1T64, 1T442)
Etat-Civil de Catllar (9NUM2E673_675, 9NUM2E676_677), Tarerach (9NUM2E3800_3804), Molitg-les-Bains (9NUM2E1864), Espira-de-Conflent (9NUM2E1140), Perpignan (9NUM2E4551_4555, 9NUM2E4547_4550, 9NUM2E2519_2523) Recensements d’Espira-de-conflent (10NUM6M216/70 1876, 10NUM6M213/70 1872, 10NUM6M208/70 1866, 10NUM6M201/70 1861)

30 juin 2017

#ChallengeAZ : Z comme Z'ai plus d'idée !

micm.com.au
Le 30 juin 1808 à Margut (Ardennes), décède Marie DRION, âgée de 24 ans, célibataire, fille de Pierre et de Jeanne MAGOT. Elle a trois sœurs prénommées Marie, dont Marie la Jeune et Marie l'aînée, sur ses huit frères et soeurs. Le reste de la famille est en cours de recherche.


Ce 30 juin, dans mon arbre, on peut également trouver :
- la naissance de Louis TENOUX (1803)
- le mariage de Pierre MONCHATRE et Marguerite MERCIEUX (1774)