Bienvenue

Bienvenue sur ce blog consacré à la généalogie, de mes recherches personnelles et professionnelles. Vous aussi, vous souhaitez commencer vos recherches ? Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement les 7 actions à entreprendre pour démarrer, à tout de suite !

30 nov. 2018

Tuto : Utiliser MemorialGenWeb et Geneanet pour vérifier les Monuments aux Morts

Voici une toute nouvelle rubrique sur le blog : les tutoriels vidéo. Et aujourd'hui, on démarre fort avec un pas à pas pour savoir comment retrouver un soldat ou une liste de soldats présents sur un Monument aux Morts avec deux sites différents : MemorialGenWeb et Geneanet.

MemorialGenWeb était au départ une rubrique du site de l'association FranceGenWeb. Au vu de sa notoriété grandissante et du volume de ses ressources, il est devenu un site à part entière et permet, en plus des Monuments aux Morts, de trouver des informations sur les victimes civiles et militaires des conflits français. Il est le résultat de l'indexation et du relevé bénévoles de 133 adhérents.
Geneanet est une méga base de données généalogiques, qui, par l'intermédiaire de ses appels à l'indexation, permet d'enrichir nos possibilités de recherche en ligne.

A quoi ça sert ? 
- à récolter des informations supplémentaires sur un ancêtre
- à vérifier une hypothèse
- à retrouver un soldat perdu de vue durant son parcours 
- à vérifier les soldats oubliés présents sur le Livre d'Or

Je vous laisse visionner la vidéo, c'est une première, j'attends avec impatience vos retours pour améliorer cette nouvelle rubrique.




A bientôt !

Sources : 


28 nov. 2018

Poilus oubliés d'Argelès-sur-Mer : Les descendants d'Edouard BARBOTEU

Dans l'article précédent, je vous détaillai le parcours d'Edouard BARBOTEU, un des 4 poilus ajoutés sur le Monument aux Morts d'Argelès-sur-Mer, lors des commémorations du 11 novembre 2018.

Mention sur l'acte de naissance de Côme
(Mairie d'Argelès-sur-Mer)
Lorsque Edouard "Jacques" BARBOTEU décède en 1925, tous ses enfants sont en vie et sont adoptés par la Nation par un jugement du 25/11/1925. Nous perdons ensuite la trace de Marcelle, qui serait décédée jeune.


Françoise et ses enfants restent vivre à Argelès. Germaine se marie la première en 1933 avec François GOUGES, un patronyme bien connu de la commune. Ils géreront ensemble l'Auberge du Bon Vivant. Ils auront au moins six enfants :
- Francine, qui épousera Francis BERTHOMIEU,
- Jacques, qui se mariera avec Chritiane POMAREDE
- Georges, qui épousera Anne BAS,
- François, qui se mariera à Banyuls-sur-Mer avec Liliane LACLARE,
- Jean-Louis, lui, se mariera deux fois, avec Elise LAFAGE, puis avec Jeanne GUGLIELMITTI,
- Côme, épousera Sylvie CASSU.

Marinette se mariera en 1934 avec Jean BICHAREL. Ensemble, ils seront les gérants du Bar "Les Palmes" à Argelès. Le couple aura au moins trois enfants :
- Marcelle,
- Jeannine, qui épousera Antoine CELORIO et ira vivre à Perpignan, jusqu'à son décès en 2014,
- Paul, qui se mariera deux fois, avec Christiane BOUCHARD, puis Ilona MARTINEZ.

Six jours après le mariage de Marinette, a lieu le mariage de Côme avec Augustine BOUSQUET. Je n'ai pas trouvé de descendants pour ce couple. Côme est décédé en 1951, à l'âge de 42 ans. Augustine ne s'est jamais remariée et est restée sur Argelès où elle décède en 2002.

En effet, la plus jeune, Hélène, épouse en 1939 un espagnol nommé Ange OLIVA. Ils ont deux fils, Michel qui restera célibataire, et André, qui épousera Suzanne SERNAL à Céret. Ange décède malheureusement en 1942. Sa belle-soeur Germaine, déclare son décès.

Acte de décès d'Ange OLIVE (Mairie Argelès-sur-Mer)
Hélène se mariera à nouveau 6 ans plus tard avec Louis DESCOSSY. Je n'ai pour l'instant pas plus de précisions sur les descendants de ce couple.

Françoise s'est remarié en 1936 avec Côme LLAURENS. Il semble qu'ils n'aient pas eu d'enfants. Elle décédera en 1967, à l'âge de 77 ans, après avoir perdu son deuxième mari.

Lors de la commémoration, nous avons été rassemblés avec quelques descendants dont une arrière-petite-fille d'Edouard. Cette journée riche en émotions a été retranscrite par un article ci-dessous.



PS : Certaines informations concernant des contemporains ont été délibérément tronquées afin de garantir leur vie privée.

23 nov. 2018

Poilus oubliés d'Argelès-sur-Mer : Edouard BARBOTEU

source : ville-argelessurmer.fr
Edouard est né le 10/09/1883 à Banyuls-dels-Aspres de Eloi, maçon et Marie BAUX, garde-barrière.
Il a déjà 2 frères, Eloi Jean Michel (surnommé Jean, presque 2 ans) et Jean Pierre, décédé à l’âge de 10 mois. Sa sœur Marie Thérèse Françoise a 4 ans. Trois filles rejoindront la famille, toutes nées à Banyuls-dels-Aspres :
  • Thérèse le 15/12/1885
  • Marie Thérèse Françoise (surnommé Marie) le 05/08/1891
  • Antoinette Amélie Jeanne le 25/03/1901

  • Edouard, qui se fait surnommé "Jacques" dans la famille, célèbre le mariage de sa sœur Marie le 23/04/1898 avec Louis BOUADE à Banyuls.
    Famille BARBOTEU - Recensement Banyuls-dels-Aspres 1901 (AD66
    Dans le recensement ci-dessus, les parents vivent le long de la voie ferrée, avec Jean (Eloi), Jacques (Edouard), Thérèse, et Marie (Marie Thérèse Françoise). Antoinette n'est pas encore née.
    Quelques années plus tard, le père décède le 18/03/1904, laissant Marie seule avec 5 enfants âgé de 3 à 23 ans. Edouard a 21 ans.
     
    En 1905, trois mariages viennent égayer la famille. Thérèse se marie à Banyuls-dels-Aspres avec Justin GARCIAS, le 11/02/1905. Sa mère se remarie avec Gédéon FOULE, veuf, le 11/10/1905 à Banyuls-dels-Aspres. La nouvelle famille composée des 2 enfants de Gédéon et des 3 derniers enfants de Marie habitent ensemble à Argelès-sur-Mer à la Maisonnette 428, près de la famille MARTY.

    Deux mois plus tard, Eloi, le frère aîné d'Edouard, se marie à Banyuls-des-Aspres le 23/12/1905 avec Marguerite FOULE, la fille de son beau-père.
    Acte de naissance de Côme BARBOTEU - Archives municipales d'Argelès-sur-Mer (66)

    L’année de ses 20 ans, Edouard est cultivateur. Lors de son recrutement militaire, il est ajourné pour faiblesse. Il sera également exempté en 1905 pour maladie. En 1907, Edouard se marie avec Françoise VERDAGUER à Argelès-sur-Mer. Ils auront 3 enfants, Côme Jacques le 27/09/1908, Marcelle Françoise le 25/10/1910 et Germaine Marie Françoise le 17/07/1914.
    Edouard a-t-il célébré le mariage de Marie Thérèse Françoise et Raymond MARTY, l'un des fils de leurs voisins, le 27/03/1911 à Argelès-sur-Mer ? Il ne fait pas partie des témoins cités dans l'acte.
    La guerre est déclarée. Suite à une décision du Conseil de Révision, Edouard est mobilisé le 14/12/1914 et est appelé le 18/02/1915 pour incorporer le 143ème Régiment d’Infanterie à Perpignan. 
     
    Il est blessé par balle à l’abdomen le 15/08/1916 à Verdun. Suite à une probable permission d'Edouard à Argelès, Françoise accouche de Marinette le 08/02/1917. Le 25/10/1917, Edouard passe au 16ème Escadron du Train des Equipements Militaires, puis dans le 2ème Groupe d’aviation le 24/12/1917. Il entre à l’hôpital de l’Hôtel Dieu en janvier 1918. Classé dans les services auxiliaires par la Commission de mai 1918, il se retire définitivement à Argelès-sur-Mer le 14/02/1919.
    Source : memoiredeshommes.gouv.fr
    La famille a également perdu Raymond MARTY, le mari de Marie Thérèse Françoise, tué à l’ennemi le 25/09/1915 à Maroeuil.
    Edouard sera vraisemblablement présent au mariage d'Antoinette et de Louis FOULE, le fils de son beau-père Gédéon, le 28/04/1919 au Soler. Suite au décès de son mari durant la guerre, Marie Thérèse Françoise se remarie avec Bonaventure CADÈNE le 14/10/1919 à Argelès.
    Quelques mois plus tard naît la dernière fille d'Edouard et Françoise, le 28/10/1919, Hélène Mathilde.
    Les séquelles de la plaie par balle d'Edouard entraîne une incapacité pensionnée à hauteur de 10 %. Edouard contracte un emphysème en 1923, puis une tuberculose pulmonaire en 1924. Il décède à Argelès-sur-Mer le 09/05/1925 des conséquences de sa blessure de guerre. Ses enfants seront adoptés par la Nation 6 mois plus tard. 
     
    Acte de décès d'Edouard BARBOTEU - Archives Municipales Argelès-sur-Mer (66)
    Qu'est devenue la famille d'Edouard et qui sont les descendants que j'ai rencontré aux commémorations du 11 novembre ? La suite dans un prochain article.

21 nov. 2018

Poilus oubliés d'Argelès-sur-Mer (66) : Louis PELISSIER

ville-argelessurmer.fr
Louis Marius PÉLISSIER naît le 17/10/1887 à Sète. Ses parents, Lucien Joseph et Marie MICHEL se sont mariés un an auparavant.
La famille habite à Sète, Boulevard des Casernes. Louis est l’aîné de 6 enfants, tous nés à Sète :
- Paul Justin, né le 20/10/1893 (décédé un an plus tard),
- Charles Paul né le 05/06/1891,
- Joseph Lucien, né le 09/01/1896 (décédé à 5 jours),
- Marius Louis, né le 20/10/1897,
- Augustine Noélie, née le 25/12/1901.

Acte de naissance de Louis Marius PELISSIER - AD34


Louis décide de s’engager dans l’armée pour 3 ans le 23/05/1906, à 18 ans. Il est instituteur et est incorporé dans le 141ème Régiment d’Infanterie, basé à Montpellier. Nommé caporal, puis sergent en 1908, il est classé dans la Compagnie des Chemins de Fer du Midi de 1910 à 1911 et il est envoyé sur Rodez puis Cerbère. 

Fiche de décès militaire Louis Marius PELISSIER
Fiche de décès militaire Louis PELISSIER
memoiredeshommes.gouv.fr
Entre-temps, en mars 1911, il s’est marié avec Magdeleine Marie COSTEDOAT à Montpaon (ancienne commune aujourd’hui Fondamente) dans l’Aveyron. Magdeleine est originaire du Béarn mais vit à Cerbère dans le quartier de la gare, où son père est Employé au Chemin de Fer et sa mère garde-barrière. Louis et Magdeleine habitent à Cerbère dans la Cité Santal en 1911. 

Louis est ensuite affecté à Niort en tant que facteur de la Compagnie des Chemins de Fer de l’État jusqu’au 4/09/1914. Suite à la mobilisation, il est alors rappelé à l’activité le 15/09 et affecté au Régiment d’Infanterie de Rodez. Nommé adjudant puis promu sous-lieutenant, il est affecté au 122ème Régiment d’Infanterie à partir du 08/06/1915. Il décède le 27/09/1915 à Pertes-les-Hurlus, dans la Marne. 

En 1916, les parents de Louis habitent toujours Sète. Son père est concierge. Sa sœur Augustine, obtient une bourse d'entretien pour l'école supérieure de Sète.

Je n’ai pas encore trouvé de descendant de Louis et Magdeleine, ni à Cerbère, ni à Argelès-sur-Mer. Cependant, l'un des frères de Magdeleine est domicilié à Montpaon lors de son mariage à Paris. Il serait donc possible qu'il y ait eu des naissances à Montpaon, si le couple y est resté entre la date du mariage et la date du recensement à Cerbère. Malheureusement, les archives ne sont pas en ligne pour l'instant. Si l'un d'entre vous pouvait vérifier directement sur les registres, nous trouverions peut-être un descendant.

La famille de Magdeleine COSTEDOAT, installée à Cerbère, a eu une descendance dans le département, dans l’Aude, l’Hérault et la région parisienne.

Les deux frères de Louis, Charles et Marius, ont également participé à la Grande Guerre.
    • Charles a été fait prisonnier en 1914 et rapatrié d’Allemagne en 1918. Après une carrière militaire fournie, il  a été nommé Inspecteur de la police mobile à Rouen en 1928. Il a été décoré de la Médaille Commémorative de la Grande Guerre.
    • Marius, incorporé à 18 ans, participera aux deux guerres et a été décoré de la Croix de Guerre avec Palme et Etoile de Bronze, la Médaille Militaire, la Médaille de la Victoire, la Médaille Commémorative et l’Insigne des Blessés, suite à une plaie au thorax en juin 1918.

Louis Marius PÉLISSIER est l'un des 126 poilus d'Argelès-sur-Mer.

16 nov. 2018

Poilus oubliés d'Argelès-sur-Mer (66) : Ferréol BÈS

Affiche des commémorations 
d'Argelès-sur-Mer
(ville-argelessurmer.fr)
Ferréol François Sébastien BÈS naît à Argelès-sur-Mer (66) le 18/09/1879. Ses parents, Zacharie François André, qui se fait appelé Jacques, et Thérèse Ursule Catherine COSTESÈQUE se sont mariés 10 ans auparavant à Laroque-des Albères, leur village d'origine. D'abord domestique à son mariage, Zacharie "Jacques" sera granger à Sorède, fabriquant de manches de fouet à Argelès-sur-Mer, à nouveau domestique à Argelès-sur-Mer, roulier à Sorède puis régisseur à Maureillas pour Edouard BARTISSOL. 

Ferréol a au moins 6 frères et sœurs dont :
    • Zacharie Sébastien François né le 22/10/1871 à Laroque-des-Albères ,
    • Antoinette Elisabeth Ursule, née le 17/01/1872 à Laroque-des-Albères,
    • Jean Sébastien Joseph, né le 27/01/1874  à Argelès-sur-Mer,
    • Thérèse Catherine Marie née le 25/11/1876 à Sorède,
    • Léon Joseph François né le 11/04/1882 à Argelès-sur-Mer,
    • Romain Martin Sébastien, né le 12/11/1884 à Sorède.

En 1897, à 18 ans et 1 mois, Ferréol est cultivateur et s’engage pour 4 ans à Perpignan. Incorporé au 3ème Régiment d’Infanterie, il gravit les échelons et est :
    • soldat de 1ère classe l’année suivante,
    • caporal en décembre 1898,
    • sergent en 1901,
    • sergent-fourrier en 1904,
    • sergent en 1905,
    • sergent-major en 1911.
     
Il s’est en effet réengagé régulièrement jusqu’en 1912, date à laquelle il prend sa retraite. 

Il se marie à Marseille le 16/11/1905 avec Juliette BLANC, qui en est originaire. En 1913, ils résident au Boulevard de la Madeleine, à Marseille. Le couple ne semble pas avoir eu d’enfants.

Fiche de décès militaire Ferréol BÈS 
(memoiredeshommes.gouv.fr)
Rappelé en 1914, Ferréol a été promu sous-lieutenant en juillet 1914 par décret présidentiel puis il est promu lieutenant en novembre. Il termine la guerre mais décède à Aix à l’hôpital mixte le 16/02/1919.

Son père est décédé en septembre 1917 à Maureillas.

Juliette , sa veuve, se remarie en 1921 à Marseille avec Jean SOLER. Thérèse COSTESÈQUE décède deux mois plus tard à Maureillas.

Les frères de Ferréol ont également participé à la Grande Guerre :
    • Zacharie et Jean en tant que détachés agricoles à Trouillas,
    • Romain a été tué à l’ennemi le 25/05/1915 à Noulettes dans le Pas-de-Calais,
    • Léon a été fait prisonnier le 18/03/1915 à Beauséjour et interné à Gattingen. Il est rapatrié en janvier 1919. Il se mariera à Paris en 1921 avec la veuve de Romain.

Un des neveux de Ferréol, Jean Zacharie Pierre, fils de Jean, est Mort Pour La France le 07/08/1916 à Thiaumont-Fleury.

Les enfants de ses frères et sœurs se situent à Maureillas (66), Trouillas (66), Laroque-des-Albères (66) et Paris.


Livre d'Or d'Argelès-sur-Mer (66) - SIV


Ferréol François Sébastien BÈS est l'un des 126 poilus d'Argelès-sur-Mer.

14 nov. 2018

Poilus oubliés d'Argelès-sur-Mer : Alexandre SURJUS

Aujourd'hui, je vous présente Alexandre SURJUS, l'un des 4 poilus ajoutés sur le Monument aux Morts d'Argelès-sur -Mer vendredi dernier.


Alexandre Antonin Paul SURJUS est né à Argelès-sur-Mer le 15/03/1896, il est le fils de Jean Côme Séverin, mercier et Marthe Rose Joséphine BERNARD GIMER.


Le couple aura 6 enfants :
    • Séverin Jean Joseph en 1894 (et qui décède en mai 1896, deux mois après la naissance d'Alexandre),
    • Ludovic Landri Jean en 1897,
    • Joséphine Marthe Rose en 1899,
    • Rose Alexandrine Séverine en 1905,
    • Séverin Omer en 1906.


En 1906, la famille est recensée à Argelès-sur-Mer. Les parents sont cafetiers. Mais en novembre, la famille émigre au Brésil, dans la région de Soro Cabana.


Lors de la mobilisation, Alexandre et Ludovic SURJUS devront rentrer en France pour participer à la Grande Guerre.


Croix de Guerre 1914 1918
Fdutil [CC BY-SA 3.0 
(https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], 
from Wikimedia Commons
Alexandre est mobilisé le premier en janvier 1916. Vu qu’il est à l’étranger, il arrive au corps en avril. Il passe rapidement au grade de caporal le 21/02/1917, redevient soldat puis à nouveau caporal le 17/02/1918. Cité à l’ordre de la Division, pour avoir contre attaqué « l’ennemi bien supérieur en nombre, ne s’est replié qu’à la dernière extrémité s’arrêtant constamment pour enrayer par son feu l’avance de l’ennemi et protéger les replis des fractions voisines », il obtient la Croix de Guerre avec étoile de Bronze le 7/10/1918. Malheureusement, il est tué à l’ennemi le 26/10/1918 près de Nizy-le-Conte, dans l'Aisne, trois semaines avant l'armistice. Ce jour-là, le 46ème Régiment d'Infanterie perd 8 hommes et compte 44 blessés.


La Croix de Guerre ci-contre a une étoile de Bronze et deux palmes de Bronze.



A son décès, Alexandre est déclaré célibataire. 

Transcription de l'acte de décès d'Alexandre SURJUS
Transcription de l'acte de décès d'Alexandre SURJUS - Archives de Paris - 1D38
Extrait du livre d'or d'Argelès-sur-Mer (66) Source : https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/media/FRAN_IR_051016/cvrzlu67hl4--1kh246n1x644y/FRDAFAN85_OF9v173600_L
Son frère, Ludovic, est incorporé en avril 1917. Il obtient une citation à l’ordre du Régiment le 4 mai 1917 et a été décoré de la Croix de Guerre pour avoir tué à bout portant un sous-officier ennemi faisant irruption dans sa tranchée, 5 jours seulement après son arrivée au régiment. Il est  blessé en juin 1918, mais évacué puis disparu et fait prisonnier le même jour. Il sera rapatrié d’Allemagne le 12 janvier 1919. Il repartira seul au Brésil et ne sera pas mobilisé en 1939.  En juillet 1919, il fait partie d’une liste de passagers en tant que stewart sur le vaisseau Canada au départ de Marseille. On nous indique qu'il lui manque le pouce gauche.


Séverin Omer, lui, n’a pas été recensé en France, la dernière trace de son existence sur internet est un passeport obtenu en 1982 au Brésil. Il est marié et réside à côté de Sao Paulo. A ma connaissance, les frères et sœurs d'Alexandre ne sont pas revenus en France.

Passeport de Séverin Omer SURJUS (1982) - source : Familysearch.com


Alexandre SURJUS fait partie des 126 soldats présents sur le Monument aux Morts d'Argelès-sur-Mer.

12 nov. 2018

Commémoration 11 novembre à Argelès-sur-Mer (66)

Source : www.ville-argelessurmer.fr
Hier, j'ai participé aux commémorations du 11 novembre à Argelès-sur-Mer, sur l'invitation de Laurence RIALAIN, du service communication de la mairie. 
En effet, j'ai participé à la recherche des descendants des 4 poilus Morts Pour La France ajoutés sur la plaque commémorative du Monument aux Morts et dévoilés hier au public, dans le cimetière d'Argelès-sur-Mer :
  • Edouard Jean Jacques BARBOTEU, 
  • Ferréol François Sébastien BÈS, 
  • Louis Marius PÉLISSIER, 
  • Alexandre Antonin Paul SURJUS. 

Au cours des prochains jours, vous pourrez retrouver la biographie de ces 4 poilus sur le blog. 
A très bientôt,
Sandrine